04

Inspiration. Livres, films, musiques,

chansons, photographies, pièces de théâtre, je suis fait de tout ce que j'ai vu, lu ou entendu

Il y a longtemps que j’avais envie de décrire une passion amoureuse entre deux personnes du même sexe. Je n’arrivais pas à trouver l’angle juste jusqu’à ce que je me décide à inviter l’Histoire – la grande Histoire – dans la   « petite » histoire que j’avais l’intention de transmettre. C’est en voulant donner une dimension intemporelle à cette passion que j’ai finalement réussi à l’inscrire dans le romanesque, comme je l’avais fait précédemment avec Le Bonheur National Brut.

Le véritable point de départ a été un livre de photographies, sobrement intitulé Ils s’aiment qui, comme le décrit son éditeur français, est « un voyage photographique et romantique sur un siècle d'histoires d'amour interdites ».

En découvrant l’un de ces clichés en particulier, mon esprit s’est enflammé, j’ai vu naître sous mes yeux le couple de jeunes soldats qui allaient être le point de départ de mon roman, je leur ai à chacun donné un nom, une histoire personnelle, une vie amoureuse, un caractère, un destin. Ils s’appelleraient Stanley et Paul. Le premier vivrait à New York, il serait riche, expérimenté, ambitieux. Le second viendrait de Bretagne, il serait à l’inverse introverti et empêtré dans ses démons. À partir de là, le fil de la narration pouvait se dérouler.

STANLEY & PAUL.png
ERIBON.png
CHAUNCEY.png
COMING OUT.png

Tous les projets d’écriture que je mets en chantier nécessitent des recherches documentaires, la mise en place d’interviews, la lectures de romans ou d’essais qui viennent compléter et enrichir la connaissance que j’ai du sujet que je veux aborder. La vie rêvée des hommes n’a pas échappé à cette nécessité journalistique. Certains passages doivent beaucoup à la lecture d’œuvres majeures et en particulier Réflexions sur la Question Gay de Didier Eribon, Gay New York de George Chauncey ou Coming Out Under Fire de Allan Bérubé.

Mais bien plus que ces lectures, c’est le souvenir d’œuvres littéraires ou cinématographiques qui a nourri, inconsciemment ou non, ce récit complexe qui s’étale sur soixante ans d’histoire. Pendant toute l’écriture de ces pages, des flashes me sont revenus qui venaient se mêler à mes impressions intimes et à cette photo fondatrice que je venais d’exhumer. Comme chacun, je suis aussi fait de toutes les chansons que j’ai entendues, de tous les films que j’ai vus, de tous les romans que j’ai lus. Dans le processus d’écriture, leur souvenir pouvait surgir n’importe où, n’importe quand. La sensualité solaire de Call me by your Name ou de My Own Private Idaho,  la sombre brutalité de Querelle ou de La loi du désir, la force abrupte de Brokeback Mountain, la verve queer de Torch Song Trilogy ; et puis aussi des chansons de Barbara, de Véronique Sanson, de Daniel Lavoie ou encore des pages de Giovanni’s Room ou de Notre-Dame des Fleurs. Toutes ces œuvres revenaient me hanter sans que je les convoque réellement. Elles m’ont aidé à construire l’atmosphère de cette histoire.

BROKEBACK.png
BALDWIN.png
CALL ME.png
LES HEURES.png
SOUDAIN.png
MOONLIGHT.png
HAPPY TOGETHER.png
TU MARCHERAS.png
QUERELLE.png
TORCH SONG.png
MAURICE.png
HARVEY.png
SATIRYCON.png
SON FRERE.png
PINK.png
MAUPIN.png
MACADAM COWBOY.png
IDAHO.png
ISHERWOOD.png
EASTERN BOYS.png
A SINGLE MAN.png
LOI DESIR.png
NOTRE DAME.png
THE ROPE.png